Menu

La liberté d’expression menacée par la théorie du genre ?

berrios anPar Sylvain Berrios – Le lundi 6 octobre, lors de l’examen du projet de loi relatif à la transition énergétique, Julien Aubert, député du Vaucluse, s’adresse à la Présidence de l’Assemblée nationale assurée par la députée de Paris, Sandrine Mazetier, en ces termes : « Madame le Président… ». Face à cet affront verbal « évident », la présidence de l’Assemblée nationale demande une sanction financière du député accusé de « lèse-féminité », s’appuyant en cela sur un règlement de l’Assemblée nationale dont chacun ignorait jusqu’à présent qu’il contenait cette obligation impérative de féminiser le titre de président. Le député frondeur, malgré lui, argue pour sa défense qu’il ne fait qu’appliquer une règle de la langue française, validée par la digne et noble Académie : la présidente est la femme du président…

Tout cela pourrait prêter à sourire, et on peut s’interroger si les députés n’ont pas autre chose à faire que de se disputer sur des sujets aussi primesautiers par rapport à la gravité de la situation nationale et internationale.

Pourtant, je crois que l’incident mérite que l’on s’y attarde un petit instant. En effet les faits ont concerné un député, qui, à la théorie du genre oppose la bonne pratique de la langue française. Pour éclairer mon propos, je dois rappeler que la députée qui assurait la présidence de l’Assemblée nationale ce jour-là, avait manifesté par le passé une volonté de changer par la loi certaine pratique linguistique. Ainsi avait-elle proposé de supprimer le terme « maternelle » dans l’appellation « Ecole Maternelle » au motif que la référence à la mère était discriminante… Dès lors, l’incident du 6 octobre n’est pas neutre et probablement prémédité. Et si je crois que cet incident n’est pas anodin, c’est parce qu’à l’Assemblée nationale, on peut s’exprimer très librement et bénéficier de toute son indemnité lorsque l’on est un fraudeur fiscal, mais lorsque l’on choisit d’utiliser strictement la langue française et que l’on contrarie les tenants de la théorie du genre alors la sanction est immédiate. La liberté d’expression lors des débats parlementaires est un droit constitutionnel. Elle est désormais menacée par la théorie du genre.

Articles similaires

Inauguration du square du Souvenir Français

Par Sylvain BERRIOS -Avec Bernard Vincens, Président du Souvenir Français, nous avons baptisé le square de l’angle Gabriel Péri/Marinville square du Souvenir Français. Depuis sa création en 1887, plus de 10 millions de français ont adhéré à un moment de… Lire l’article

Inauguration de la Maison de la Nature

Par Sylvain BERRIOS – J’ai inauguré ce matin la maison de la Nature située 77, quai de la Pie. Ce lieu de partage accueillera des jardins partagés, le syndicat Marne Vive qui regroupe toutes les communes qui souhaitent et travaillent au… Lire l’article

Inauguration de la nouvelle artothèque

Par Sylvain BERRIOS – J’ai inauguré avec Charlotte Libert-Albanel (Maire de Vincennes, Vice-présidente déléguée à la culture de Paris-Est Marne&Bois) la nouvelle artothèque de Ville de Saint Maur des Fossés place des Marronniers dans le quartier du Parc. Désormais, selon la… Lire l’article