Menu

Le gouvernement en fait-il trop ou pas assez?

Le gouvernement en fait-il trop ou pas assez?

Par Sylvain BERRIOS – Cette question semble agiter tous les réseaux, éditorialistes, politiques, médecins et même scientifiques. Pourtant comment répondre à cette question dès lors que personne ne semble capable de donner une analyse claire de la situation épidémiologique et du risque sanitaire?

La bonne question serait plutôt à mon sens : quel est l’objectif du gouvernement?

L’incohérence des dernières mesures annoncées pour Paris et les départements de la petite couronne sont symptomatiques du malaise qui s’installe et du défaut d’objectif clairement défini.
Ainsi le Maire que je suis a reçu dans la journée de vendredi des indications indiquant que les centres sportifs, gymnases et piscines seraient fermés. Les brocantes annulées. Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public interdits. Ces mesures seraient applicables dès samedi 26 Septembre. On s’organise donc en conséquence à la veille du week-end.
L’arrêté préfectoral tombe finalement à 20h et indique que les gymnases et autre centres sportifs pourront ouvrir pour la pratique sportive associative des mineurs. Rétro-pédalage avec les clubs et les familles.
Dans la nuit de vendredi à samedi nouveau contre-ordre pour les piscines couvertes qui peuvent rester ouvertes (ne pas rire). Pourtant le Premier ministre avait indiqué exactement l’inverse jeudi. Comment s’organiser dans de telles conditions?
Dans le même esprit, vendredi avec les associations nous anticipons l’interdiction des brocantes. L’arrêté préfectoral confirme cette interdiction pour le Val-de-Marne, mais à Paris des brocantes prévues se tiennent.
Qu’est-ce qui peut motiver un changement de position en pleine nuit? Pourquoi les mesures sont différentes d’un département à l’autre alors que la zone de risque est identique? A défaut de concerter et d’échanger sur l’opportunité des mesures prises avec les élus, peut-être que les autorités préfectorales d’un département à l’autre pourraient se coordonner?
Si le véritable objectif est guidé par le risque de saturation des services de réanimation, on peut légitimement s’interroger sur les mesures correctrices qui ont été apportées depuis 6 mois en la matière? Est-ce l’absence de mesures correctrices qui justifie les décisions actuelles?
Bien sûr la critique est facile. Mais dans cette crise de la Covid-19 qui semble devoir s’installer durablement dans notre quotidien, l’acceptation des décisions par le plus grand nombre nécessite de la clarté et donc de la cohérence.

Articles similaires

OPÉRATION « MON RESTO À LA MAISON » !

Par Sylvain BERRIOS – Suite aux annonces du gouvernement et au couvre-feu instauré de 21h à 6h du matin, nous mettons en place l’opération « mon resto à la maison ». Nous avons recensé les restaurateurs qui pouvaient venir jusqu’à chez vous… Lire l’article

JO 2024 – Saint-Maur retenue

Par Sylvain BERRIOS – J’ai souhaité inscrire la Ville de Saint-Maur dans la dynamique des JO de 2024. Après avoir été labellisée « Terre de Jeux 2024 », la candidature de Saint-Maur a été retenue pour être centre de préparation des… Lire l’article

RAMASSAGE DES FEUILLES : C’EST PARTI !

Par Sylvain BERRIOS – L’automne est là, et les feuilles commencent à tomber des arbres. 20 agents du service public municipal et 10 employés d’une agence d’insertion sont à pied d’œuvre dans tous les quartiers. L’année dernière, près de 1 000… Lire l’article