Menu

La liberté d’expression menacée par la théorie du genre ?

berrios anPar Sylvain Berrios – Le lundi 6 octobre, lors de l’examen du projet de loi relatif à la transition énergétique, Julien Aubert, député du Vaucluse, s’adresse à la Présidence de l’Assemblée nationale assurée par la députée de Paris, Sandrine Mazetier, en ces termes : « Madame le Président… ». Face à cet affront verbal « évident », la présidence de l’Assemblée nationale demande une sanction financière du député accusé de « lèse-féminité », s’appuyant en cela sur un règlement de l’Assemblée nationale dont chacun ignorait jusqu’à présent qu’il contenait cette obligation impérative de féminiser le titre de président. Le député frondeur, malgré lui, argue pour sa défense qu’il ne fait qu’appliquer une règle de la langue française, validée par la digne et noble Académie : la présidente est la femme du président…

Tout cela pourrait prêter à sourire, et on peut s’interroger si les députés n’ont pas autre chose à faire que de se disputer sur des sujets aussi primesautiers par rapport à la gravité de la situation nationale et internationale.

Pourtant, je crois que l’incident mérite que l’on s’y attarde un petit instant. En effet les faits ont concerné un député, qui, à la théorie du genre oppose la bonne pratique de la langue française. Pour éclairer mon propos, je dois rappeler que la députée qui assurait la présidence de l’Assemblée nationale ce jour-là, avait manifesté par le passé une volonté de changer par la loi certaine pratique linguistique. Ainsi avait-elle proposé de supprimer le terme « maternelle » dans l’appellation « Ecole Maternelle » au motif que la référence à la mère était discriminante… Dès lors, l’incident du 6 octobre n’est pas neutre et probablement prémédité. Et si je crois que cet incident n’est pas anodin, c’est parce qu’à l’Assemblée nationale, on peut s’exprimer très librement et bénéficier de toute son indemnité lorsque l’on est un fraudeur fiscal, mais lorsque l’on choisit d’utiliser strictement la langue française et que l’on contrarie les tenants de la théorie du genre alors la sanction est immédiate. La liberté d’expression lors des débats parlementaires est un droit constitutionnel. Elle est désormais menacée par la théorie du genre.

Share

Articles similaires

Elections législatives : faut-il sacrifier Saint-Maur aux impératifs nationaux?

Dimanche, nous aurons à choisir notre député. Conformément à mes engagements pris en 2014, j’ai choisi de ne pas être candidat aux législatives, et de me consacrer à Saint-Maur. Au cours de ces dernières semaines, beaucoup d’entre vous sont venus me… Lire l’article

Saint-Maur, le choix d’une vie

Par Sylvain BERRIOS – Les 11 et 18 juin prochains auront lieu les élections législatives. Elu député en 2012, je suis Maire de Saint-Maur depuis 2014. J’ai été l’un des rares parlementaires de droite à voter la loi sur l’interdiction… Lire l’article

Présidentielle 2017 : Un choix de conscience pour une France fracturée.

Par Sylvain BERRIOS – Les Français se sont exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle et ils ont tranché : Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont qualifiés pour le second tour. J’ai soutenu François Fillon, le candidat de ma… Lire l’article