Menu

Le projet « Métropole de Paris » du gouvernement est l’ultime provocation à l’égard des maires d’Ile-de-France

Diapositive1Par Sylvain Berrios – Le Premier ministre a annoncé sa volonté de créer une « Métropole de Paris » constituée d’une quarantaine d’intercommunalités d’au moins 200 000 habitants chacune. Cette supra-collectivité métropolitaine serait compétente en matière de logement, d’aménagement et de transport.

Ce projet piétine le principe constitutionnel de libre administration des communes

Véritable provocation à l’égard des maires d’Ile-de-France, le projet de « Métropole de Paris » exclut de sa gouvernance les communes au profit d’intercommunalités créées et  imposées par l’Etat au plus tard en décembre 2015.

C’est un projet méprisant pour les collectivités locales qui se voient confisquées leurs attributions en matière de transport, en matière de logement et d’aménagement du territoire. Ainsi, par exemple, les villes verront leur pouvoir en matière d’urbanisme mis sous la triple tutelle du préfet pour ce qui concerne la mise en œuvre de la loi Duflot, l’intercommunalité pour ce qui concerne l’élaboration de plans locaux d’urbanisme (PLU), de la « Métropole de Paris » pour ce qui concerne l’implantation de logements et les aménagements des équipements publics.

Ce projet est coûteux et contraire à l’intérêt général

C’est un projet qui est coûteux pour les contribuables puisqu’il s’agit de créer une collectivité métropolitaine qui vient s’ajouter aux villes, départements, intercommunalités, communautés de communes, la région Ile-de-France et la Société du Grand Paris. L’impact budgétaire pourrait avoisiner les 100 millions d’euros par an. Là où nous avons besoin de simplifications administratives, de réductions du mille-feuille administratif, de clarifier les compétences entre collectivités, de raccourcir les circuits de décision, de lisibilité de l’action publique, ce projet de supra-collectivité de « Métropole de Paris » est une ineptie.

Les élus locaux doivent s’opposer à ce coup de force institutionnel

Je souhaite que les maires, les conseillers municipaux, les conseillers généraux, les conseillers régionaux, les parlementaires se mobilisent contre ce qui relève d’un véritable mépris de la démocratie locale et de proximité à laquelle sont pourtant très attachés les habitants des communes franciliennes.

Le gouvernement, fort de tous les pouvoirs législatifs et exécutifs, tente de gagner par la loi ce qu’il a peur de perdre dans les urnes à douze mois des élections municipales.

Share

Articles similaires

Elections législatives : faut-il sacrifier Saint-Maur aux impératifs nationaux?

Dimanche, nous aurons à choisir notre député. Conformément à mes engagements pris en 2014, j’ai choisi de ne pas être candidat aux législatives, et de me consacrer à Saint-Maur. Au cours de ces dernières semaines, beaucoup d’entre vous sont venus me… Lire l’article

Saint-Maur, le choix d’une vie

Par Sylvain BERRIOS – Les 11 et 18 juin prochains auront lieu les élections législatives. Elu député en 2012, je suis Maire de Saint-Maur depuis 2014. J’ai été l’un des rares parlementaires de droite à voter la loi sur l’interdiction… Lire l’article

Présidentielle 2017 : Un choix de conscience pour une France fracturée.

Par Sylvain BERRIOS – Les Français se sont exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle et ils ont tranché : Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont qualifiés pour le second tour. J’ai soutenu François Fillon, le candidat de ma… Lire l’article