Menu

La majorité PS/PC du Conseil général décide la suppression de l’aide au BAFA à plus de 1000 jeunes Val-de-Marnais.

Illustration BAFALors de la commission permanente du Conseil général du Val-de-Marne du 15 février, les Conseillers généraux UMP se sont opposés à la suppression par la majorité PS/PC de l’aide au BAFA que l’assemblée départementale votait chaque année pour la formation de plus de 1000 jeunes Val-de-Marnais.
Alors que le Conseil général subordonne les subventions aux associations sportives à une action en faveur de « l’intégration et de l’encadrement des jeunes », dans le même temps il supprime toute aide aux bénévoles qui souhaitent s’investir, se former et acquérir les diplômes nécessaires et notamment le BAFA.
Rappelons pour la bonne compréhension de l’enjeu, ce que la formation BAFA signifie. Il s’agit d’une for­ma­tion pré­pa­rant des jeunes bénévoles à exer­cer les fonc­tions sui­van­tes :
1. assurer la sécurité physique et morale des mineurs ;
2. participer, au sein d’une équipe, à la mise en œuvre d’un projet pédagogique en cohérence avec le projet éducatif dans le respect du cadre réglementaire des accueils collectifs de mineurs ;
3. construire une relation de qualité avec les mineurs qu’elle soit individuelle ou collective ;
4. participer à l’accueil, à la communication et au développement des relations entre les différents acteurs ;
5. encadrer et animer la vie quotidienne et les activités ;
6. accompagner les mineurs dans la réalisation de leurs projets.
A un moment difficile pour notre département et pour l’Académie de Créteil; à un moment où le besoin d’encadrement se fait sentir avec plus d’acuité encore, cette décision est-elle raisonnable? Qui encadrera les jeunes désormais? Avec quel diplôme et quelle qualification?
Pour tenter de se justifier, la majorité PC/PS a indiqué que des mesures d’économie étaient nécessaires. Compte tenu de la somme en jeu, soit environ 200 000 euros, les Conseillers généraux UMP ont proposé que cette dépense soit prise en compte sur le budget de communication dont le thème principale est la suppression du service public.
Ne vaut-il pas mieux dépenser 200 000 euros pour aider des jeunes bénévoles qui assurent une mission de service public souvent de façon bénévole plutôt que dépenser ces sommes pour communiquer sur la suppression de ce même service public..!
Lors de la commission permanente du Conseil général du Val-de-Marne du 15 février, les Conseillers généraux UMP se sont opposé àla suppression par la majorité PS/PC de l’aide au BAFA que l’assemblée départementale votait chaque année pour plus de 1000 jeunes Val-de-Marnais.
Alors que le Conseil général subordonne les subventions aux associations à une action en faveur de « l’intégration et de l’encadrement des jeunes », dans le même temps il supprime toute aide aux bénévoles qui souhaitent se former et acquérir les diplôme nécessaire et notamment le BAFA.
Cette suppression est d’autant plus choquante que la majorité départementale prétend s’occuper des jeunes et favoriser leur intégration via l’activité associative et sportive. Qui encadrera les jeunes désormais? Avec quel diplôme et qualification?
Pour tenter de se justifier, la majorité PC/PS ont indiqué que des mesures d’économie étaient nécessaires. Compte tenu de la somme en jeu, soit environ 200 000 euros, les Conseillers généraux UMP ont proposé que cette dépense soit prise en compte sur le budget pharaonique de communication dont le thème principale est la suppression du service public.
Ne vaut-il pas mieux dépenser 200 000 euros pour aider des jeunes bénévoles qui assurent une mission de service public plutôt que depenser ces sommes pour communiquer sur la suppression de ce même service public.

Share

Articles similaires

Elections législatives : faut-il sacrifier Saint-Maur aux impératifs nationaux?

Dimanche, nous aurons à choisir notre député. Conformément à mes engagements pris en 2014, j’ai choisi de ne pas être candidat aux législatives, et de me consacrer à Saint-Maur. Au cours de ces dernières semaines, beaucoup d’entre vous sont venus me… Lire l’article

Saint-Maur, le choix d’une vie

Par Sylvain BERRIOS – Les 11 et 18 juin prochains auront lieu les élections législatives. Elu député en 2012, je suis Maire de Saint-Maur depuis 2014. J’ai été l’un des rares parlementaires de droite à voter la loi sur l’interdiction… Lire l’article

Présidentielle 2017 : Un choix de conscience pour une France fracturée.

Par Sylvain BERRIOS – Les Français se sont exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle et ils ont tranché : Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont qualifiés pour le second tour. J’ai soutenu François Fillon, le candidat de ma… Lire l’article